L1 Cinéma Audiovisuel : Echange de cours

Forum dédié à l'échange de cours entre les étudiants de L1 Cinéma Audiovisuel des élèves de la Sorbonne Nouvelle.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

cours du Samedi 12 Mars !!!!!

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 cours du Samedi 12 Mars !!!!! le Ven 25 Mar - 9:43

sandra elie


Petit joueur, mauvais élève.
Petit joueur, mauvais élève.

Suite le cinéma français des années 1930
La décennie de 1930 est la plus importante dans celle du cinéma. Pendant l’occupation, on va interdira les films anglo-saxons en France. A cette période, les films ont donc beaucoup de succès.

Sacha Guitry
Il est né en Russie en 1885 et mort à Paris en 1957.Il voue un certain mépris au cinéma muet. En 1915, il se fait prêter une caméra et fait une série de film appelé « Ceux de chez nous ». C’est comme une émission people car c’est une émission qui film les gens important. Cette thématique sera quelque de central chez Guitry. Il devient un dramaturge des plus célèbres de Paris. Encore aujourd’hui se joue ses pièces. A l’arrivée su son, magie ! En 1935, il se lance dans la réalisation et nait sa double carrière entre théâtre et cinéma. Son premier film s’appelle « Bonne Chance », ce film est une comédie. Un autre film appelé « Pasteur » et montre que la vie des grands hommes passionnent Guitry. Puis en 1936, il signe son plus célèbre film intitulé « le roman d’un tricheur ». Malgré ce succès, il continue le théâtre et le cinéma en même temps. Pendant cette occupation, il ne veut pas modifier son train de vie et collabore. En 1944, il crée un film intitulé « De jeanne d’Arc à Pétain ». Il garde une amertume d’avoir été accusé alors qu’il n’avait rien fait. En 1948, il réalise « Le comédiens mais aussi le diable boiteux ». En 1954, si Paris nous est compté ». Il y a que Cindy ou dix and que Guitry est réhabilite.
Extrait de « Le roman d’un tricheur ».Guitry.
Le cinéma est quelque chose d’artistique. Quand on a une longue séquence, il vaut mieux la découpée. On s’intéresse ici à l’unité de temps. Ce qui compte n’est ce que l’on dit mais comment on le dit. Au cinéma, on ne fait pas de la direction d’acteur mais de la direction de spectateur. Il y a un coté complètement sinique. Un savoir différencié ou ironie dramatique est l’idée que l’on donne des informations au spectateur que les acteurs n’auront pas.

Julien Duvivier
Il est né en 1896 et est mort en 1967. Il s’est fait démonter par Godard, il est venu démoder, qui a été méprisé par Truffaut. En 1920, il travaille dans le théâtre mais il se rend compte que c’est le cinéma qui le branche le plus. Il réalisera une quinzaine de film muet, ce qui lui donne le statut de cinéastes visuels. Il a quelque succès pendant cette période muette. En 1931, arrive David Golder. Le personnage principal est interprété par Harry Baur. Il commence à faire des très grands films dans les années 1930.



Jean Gabin

Ses parents étaient comédiens et fait du music hall. Puis dans les années 1930, commence à faire du cinéma grâce à la chanson. Dans les milieux des années 1930, il va jouer le même type de personnage qui est le sex symbole. Mais un jour il dépasse la limite. C’est pendant la guerre, qu’il rencontre la femme de leur vie.
« La mort des rats », Gabin, 1935 ;
« La belle équipe », Duvivier, 1936
« La femme et le pantin » en 1959
Extrait de « pépé le moko » de Gabin
Cet extrait traite des colonies en Algérie. Dans ce quartier d’Alger, il y a pépé le moko. C’est un film sur le model de Scarface.
En première partie, nous avons le commissariat. On colle ce que sait un personnage avec ce que sait le spectateur. Sur la carte, on voit la kasbah. Ce film nous présente la situation dans les colonies.
La troisième partie est celle du receleur comme à la scarface.

Marcel Carnet
Il est né en 1909 et mort en 1996. Il débute comme assistant réalisateur et en plus de ça il fait des critiques de films. Son premier court métrage est « Eldorado du dimanche ». Il est assistant pour les films suivants : « Sous les toits de Paris », « la kermesse héroïque ». En 1936, il réalise son premier film ou in collabore avec Jacques Prévert pour « Jenny ».

Jacques Prévert
Il est né en 1900 et mort en 1977. Il est le frère de Pierre Prévert, qui est lui est réalisateur. C’est de lui que viendrai l’avis de pose dans le cinéma. C’est un homme de lettre venant du surréalisme. Il écrit pour Renoir avec « l’ange » et « Parti de campagne » et pour Jean Grémillon « lumière d’été ». Il est célèbre pour sa collaboration avec Paul Grimault qui est lui célèbre pour « La bergère et le ramoneur ».
 1937 : « Drôle de dame »
 1938 : « le quai des brumes »
 1939 : « le jour se lève », « les enfants du paradis » « les portes de la ville »
 1947 : « La fleur de l’âge », « la marie du port ».
 1953 : sous Prévert, Thérèse Raquin
 1958 : « Les tricheurs » ou il casse les nouveaux de la nouvelle vague. « Terrain vague » ou il prend une nouvelle direction.

Extrait : « quai des Brumes », 1938

Réalisme poétique. Il y a une approche réaliste, personnage, clochard. Les lieux et les mots de Prévert ne sont pas réalistes.

Extrait : « le jour se lève », 1939

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum