L1 Cinéma Audiovisuel : Echange de cours

Forum dédié à l'échange de cours entre les étudiants de L1 Cinéma Audiovisuel des élèves de la Sorbonne Nouvelle.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

LUNDI 14h30-17h30 Mme Quagliarella Cours n°8

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Zoue Pelloux


Elève dissipé.
Elève dissipé.
Cours 8


ROMANTISME NOIR

Personnages ne croient plus en l'avenir, expression d'un passé qui ne peut plus jamais être, cyniques, désabusés, désillusionnés.
Clouzot, Yves Allegret, …
Les Orgueilleux, Yves Allegret, 1950 avec Gérard Philippe et Michelle Morvand. Action dans le Mexique dans les années 50, côté lointain, enfer, porteur de maladies, chaud, personnages enfermés. Confrontation à la lucidité, à la mort. Esthétique beaucoup plus rude, pas lisse, accès au corps avec leurs imperfections, la sueur. Dose d'érotisme avec Michelle Morvand en soutien-gorge. Froideur devant la mort.

À la fin des années 50, tournant, côté populaire qui va le remporter entre l'élitiste et le populaire.

FILMS DE GANGSTER

Becker Touchez pas au grisbi avec Jean Gabin. Films de gangster. On replace des caractéristiques des années 30 dans des films de gangster.

Fin des années 50 cinéma de genres de plus en plus en avant.


CINÉMA CLASSIQUE ITALIEN


Durant les années 40, on a un cinéma d'évasion, logique du cinéma classique, grandes histoires, récits bibliques, récits historiques, comédies loufoque à l'italienne, …
Fortement liée à l'Histoire au cinéma. Comment le cinéma va être aussi détenteur d'un témoignage, d'une vision sur l'histoire.
Années 45-50, néoréalisme.
Réalisme tellement réaliste qu'il devient documentaire.
La Terre tremble. Film hybride entre une œuvre de fiction et du réalisme. Visconti. Va en Sicile avec son équipe sauf les comédiens. Embauchent des pêcheurs sur place à Trezza. Raconte le système de la pêche et de l'impact du grossiste sur les petits pêcheurs. Plans assez longs de la mer. Tempête.
Jeu des comédiens naturel et sur-joué.
Rome ville ouverte, de Rosselini, film montrant la libération de Rome, presque sur le vif. Prêtre une jeune femme Pina qui vont essayer de braver la misère de l'époque. Mouvements brusques, rapides de la caméra. Côté urgent. Le moins de montage possible. Coupure = artificialité.
Le voleur de bicyclette, de De Sica.
Visconti, films historiques et qui vont avoir une certaine ampleur empiriquement.
Senso : Cadre historique et une romance tragique. Voix off de la personnage principale.
Les Nuits blanches, Visconti toujours, film hors du temps ce qui dérange, il va camper son lieu dans un endroit qui n'existe pas, une sorte de mini-Venise, lumière diffuse, femme qui se promène dans la ville la nuit, rencontre un jeune homme qui tombe amoureux d'elle. Jean Marais tient le rôle de l'idéal, qui n'apparaît qu'au début, à la fin et quelques fois dans les flash-back. Film très abstrait, très peu d'éléments concrets, …
Fellini : La Dolce Vita : décor de ruines, fin de qqch, caricatures, personnages qui représentent une pureté, une vérité du monde. Pas d'histoire d'amour mais plutôt une femme-enfant qui va délivrer un message à un homme qui est capable de l'entendre, révéler par cette femme. Longues séquences. Une aristocratie.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum