L1 Cinéma Audiovisuel : Echange de cours

Forum dédié à l'échange de cours entre les étudiants de L1 Cinéma Audiovisuel des élèves de la Sorbonne Nouvelle.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Cinéma Espagnol Contemporain. Mme Rodriguez. Jeudi 17h-18h30. Cours n°4

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Léa Chantel


Petit joueur, mauvais élève.
Petit joueur, mauvais élève.
CINEMA ESPAGNOL CONTEMPORAIN

Cours n°4 : 10/03/2011

Rattrapage des cours le mercredi 30 mars et mercredi 6 avril : salle 305 de 17h30 à 19h00
Deux cours consacraient aux exposés + jeudi 31 mars.

Extrait : « La Mauvaise éducation », P. Almodovar

Début du film : fin générique (rappelant femmes au bord de la crise de nerfs) + 1 séquence : beaucoup d’éléments faisant penser à Almodovar : jeu avec le personnage en lui offrant quelques particularités de sa propre biographie ms avec une certaine distance. Transition entre générique et ère séquence :

Apparition du personnage -> Enrique Goded, un réalisateur : personnage au centre du film.
Cela évoque le Général Goded, qui a fait parties des généraux conspirateurs de la république de 1931, fusillé a Barcelone. On peut s’interroger sur ce choix patronymique sur le personnage principal.

Apparition du 2ème personnage. Angel Andrade :
Andrade est le nom du général Franco. Angel : Ange

Éléments du décor : affiches « abuela fantasma » : grand mère fantôme -> référence à « Volver ». Ce film s’inspire vaguement de revenant, contrairement à « la mauvaise éducation », qui y réfère mais il y a un traitement plus fantastique (plusieurs affiches).
Référence à sa propre œuvre, postérieure : il avait déjà en tête « Volver » : apparition comme projet à travers des affiches. Dans les films, le fantôme, en général, c’est le passé qui refait son apparition, qui revient. Ces éléments, affiches, viennent encadrer le personnage Goded, ce qui signifie qu’il sera sûrement face à un retour du passé, problématique.
Le personnage est lié à un passé problématique.

La finalité de cette séquence est de présenter les personnages, avec certaines de leurs caractéristiques, et leurs liens entre eux : situation initiale.
On en conclut aussi, qu’Ignacio fait office de fantôme, élément du passé, mais de vivant à la fois, en chair et en os : personnage double. Le fait de choisir un nom de scène, révèle un personnage qui peut être ne dit pas tout, ambigu : masque.
Autres éléments :
- le réalisateur ne le reconnaît pas : il a beaucoup changé.
- Jeu de lumière : Ombre : coté sombre du pers. Lumière : autre côté du pers.
- Contradiction dans son nom (acteur, ce qui révèle aussi un côté trompeur) : association ombre et lumière : bien et mal.
- Nom de la nouvelle : La visite. Le film va fonctionner en mise en abîmes successive.
Le livre est présenté lors d’une visite : Angel ; Enrique. Cette visite n’est pas le renouement de s liens d’amitié, mais ce qui est tendu en avant est l’aspect professionnel ;
Lien d’intérêt : avoir un rôle, pour un pers., en quête de notoriété, dans un film d’un réalisateur connu.
- Pas de retrouvailles émouvantes : froideur. Elle est retranscris dans la façon de filmer : plan d’ensemble ou les pers. se trouvent au fond de ce plan. Almodovar à une volonté de rendre compte la froideur du pers. À travers le choix de l’échelle de plan, les retrouvailles sont mises en fond, en deuxième plan.
- Angel est un arriviste, alors qu’Enrique est avide de trouver un scénario : ils sont animés par des désirs différents, mais qui pourraient se rapprocher.
- Aspect ressemblant à la vie d’Almodovar : Enrique est homosexuel ; comme il était. Reflet du réalisateur lui-même.

Deuxième séquence :
- Processus de lecture, avec une spécificité : mise en image de la visite à la fois grâce au récit et à la voix d’Ignacio. Encadrement : fenêtres qui renvoie au cinéma lui-même. Fondues enchaînées : lien entre récit et réalité.
- Récit à un double statut : il se nourrit d’un récit et d’un récit imaginaire d’Enrique.
- Passage d’un espace à un autre : de Madrid 1980, à la campagne, le Levant, vers Valence.

. Première séquence du récit dans le récit :
- Dans les acteurs, on reconnaît Angel, qui à une triple identité--> Sahara : travesti, artiste. Il met en avant encore la problématique identitaire : réflexion sur le travesti. Le corps est filmé de bas en haut : fesses – sexe – seins - visage : gros plans. Plein d’éléments renvoient à la femme : le travesti imite et cherche à mettre en valeur ces éléments féminins, qui vont les définir.
- Le premier est dans le ratage de l’illusion : plan d’ensemble. C’est un comique, pas un vrai travesti réussi. Alors que le deuxième, Angel, est mis en valeur par la caméra, par le vêtement qui extériorise à l’intérieur ce qui n’existe pas : travesti réussi. La séquence à besoin des deux pers. Pour que le premier serve de contraire au deuxième.
- De plus, c’est un travesti qui essaye de séduire : représentation de la femme et de ses traits : la séduction. Image de femme fatale.
-Flash-back + femme fatale : film noir (un peu mélodrame)
- Un personnage qui dans tout le film va incarner plusieurs identités, masculine et féminine.
Mise en image d’un personnage du 2e récit : Ignacio parle enfant : récit second est aussi constitué en abîme. Points de vue mixtes et différents.
- 4ème identité : Angel -> sœur d’Ignacio, travestie qui vient rendre visite à l’ancien professeur de son frère. On aborde un des sujets du film, en relation avec le titre, la dénonciation de la péderastrie dans les milieux religieux.
Image de l’enfance d’Ignacio un enfant isolé, triste au contraire de celle des autres enfants (paradisiaque, sublimation, ralenti…).)
- Le Prêtre à toujours la photo d’Ignacio sur lui après tant d’années, c’est une façon de présenter le pers. Sincèrement attaché à l’enfant, éprouve un sentiment qui perdure : façon particulière de ne pas condamner ses personnages (même ceux moralement répréhensible)


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum