L1 Cinéma Audiovisuel : Echange de cours

Forum dédié à l'échange de cours entre les étudiants de L1 Cinéma Audiovisuel des élèves de la Sorbonne Nouvelle.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Jeudi 14h30-16h30 Mme Benard Cours n°7

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Zoue Pelloux


Elève dissipé.
Elève dissipé.
TD Esthétique Cours 7


Pour faire une analyse d'image : d'après PANOFSKY
1 ) Schéma constructif
2 ) Signification primaire
3 ) Signification secondaire
4 ) Signification intrinsèque (lié avec le punctum)
Mieux de surinterpréter que de ne pas interpréter du tout


La vision de Saint Bernard, Alonso CANO, 1658
Tierce personne présente. Singularités par rapport à une Vierge allaitant classique.
Les caractéristiques de la vision de Saint Bernard : le lait.
Séparation Marie/Saint Bernard, hiérarchie des personnages,opposition de forme entre le rond et le carré, lumière contrastée avec une grande bande noire et une grande lueur sur Saint Bernard. Ce tableau repose sur des oppositions. Couleurs, lumière. 3 lieux importants : autel, église, monde extérieur par la fenêtre. Hiérarchie des personnages : Marie et Jésus, puis Saint Bernard, puis personnage en bas à gauche. Personnage en bas : soit commanditaire du tableau, soit un homme d'Eglise mais n'est pas un saint. Relié à la fenêtre → œil témoin. La bande noire montre la différence de statuts entre les personnages. Céleste ≠ terrestre. Saint Bernard très éclairé. Impression que la lumière qui vient de trois points différents. Peut signifier la présence de Dieu. Lumière naturelle et lumière divine. Opposition rond/carré : masses arrondies pour Saint Bernard, rectilignes pour Marie.
Saint Bernard reçoit le lait de Marie, malgré la séparation il y a donc un rapprochement intime.
Comment reconnaît-on un saint? Relation avec Dieu. Connaissance de Dieu. Position de Saint Bernard, bras écartés, à genoux.
Mais aussi connotation sexuelle → lait = sperme, féconde Saint Bernard.

La Vierge corrigeant l'enfant Jésus, Max ERNST, 1926
On y retrouve les couleurs, les auréoles, idée du voyeurisme par les trois personnages à la fenêtre, …

Couverture du cd de SHAKIRA, Fijaciòn Oral, vol.1
Affiche de J'ai toujours rêvé d'être un gangster, film de Samuel Benchetrit

Cinéma

La Ligne générale, EISENSTEIN
Scène de l'écrémeuse.
Prient Dieu. Rien n'arrive. L'écrémeuse sous une drap. D'abord floue puis très lumineuse. Réaction surprise puis septique des paysans.
2 allégories : connotation sexuelle et une évocation du cinéma.
Mise en route de l'écrémeuse par une manivelle. L'écrémeuse qui se met en mouvement en tournant rapidement. Euphorie du fait que ça marche. Attente du lait qui va sortir. Visages illuminés jusqu'au moment où l'écrémeuse fonctionne.



Ouvrage de Léo STENBERG La sexualité du Christ dans l'art de la Renaissance et son refoulement moderne 1983. Historien et critique d'art américain.
Dans les Vierges à l'enfant, Jésus est souvent nu. STENBERG utilise l'expression ostentatio genitalium pour la mise en évidence de la nudité de l'enfant Jésus. En général, la question sur la nudité, qu'on retrouve aussi sur les christ en croix, les historiens ont trouvé comme élucider cette insistance des parties génitales.
Souvent, sur les Vierges à l'enfant, on retrouve un geste de l'enfant Jésus qui de sa main touche le menton de la Vierge. Geste qualifié comme enfantin, affectueux. Mais ce geste on le retrouve en Egypte et la peinture grecque, comme geste d'amour ou de supplication. En attribuant ce geste au Christ, les peintres placent Jésus comme le mari céleste de Marie, lien d'époux et femme, Marie femme pour toujours. Idée de couple. En associant ce geste le peintre a donc une intention spécifique. Idée de démontrer l'essence terrestre, humaine de Jésus. À cette époque là, Jésus ça allait de soi qu'il était divin, mais l'Eglise demandait aux peintres de bien montrer que Jésus est aussi terrestre. Le céleste a pris les forme de l'humain, du terrestre. Tous les gestes des tableaux sont pensés par les peintres.
Geste de Jésus touchant son sexe. Justifié par : c'est ce que font les petits garçons. Sur une gravure, c'est la grand-mère. Justifié par : c'est ce que font les grands-mères. Mais bon c'est louche quand même. Alors le petit STENBERG cherche. Mais question un peu taboue quand même. Ostentation du sexe de Jésus. S'intéresse à la gravure avec la grand-mère. Geste de l'enfant : bras qui se tend vers l'oreille de Marie comme s'il montrait comment la parole divine est arrivée à Marie. Joseph en spectateur, en retrait.
Pour STENBERG, les gestes du Christ veulent montrer l'humanation du Christ : céleste → humain. Représentation sexuée du Christ. La divinité s'est introduit dans la chair humaine. Rendre le Christ incarné, proche de la condition humaine et ceci grâce à des éléments qui auraient été exclus pour autre chose.
3 considérations d'ordre théologiques qui permettront à STENBERG en quoi montrer le sexe du Christ met en évidence son caractère humain.

SUITE AU PROCHAIN COURS

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum