L1 Cinéma Audiovisuel : Echange de cours

Forum dédié à l'échange de cours entre les étudiants de L1 Cinéma Audiovisuel des élèves de la Sorbonne Nouvelle.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Esthétique de l'image-Mme Bouchindomme-Vendredi 8h-10h-cours du 18/03

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Solene Cauty


Elève dissipé.
Elève dissipé.
partiel le 08/04, dont une seule partie sera notée.
suite sur le film de Dario Argento.
personne ne regarde la Méduse sauf elle, le chapeau de la femme que l'on aperçoit derrière est comme un oeil ouvert ou un bouclier de protection.

Pourquoi la chute d'Icare?
Icare est coincé sur une île à cause de Minos. le père d'Icare est Dédale, l'architecte du labyrinthe, mais aussi considéré comme le premier dans la mythologie. Il fait des ailes en plumes et cire à son fils, mais l'avertit donc de ne pas trop s'approcher du soleil, ce qu'il fera évidemment. Le soleil fait donc fondre la cire, il meurt par sa chute dans la mer Méditerranée. Cependant, sur le tableau, cette chute n'est qu'un détail, nous voyons juste ses pieds sortant de l'eau, il y a plein de détails annexes. Dimension poétique lorsqu'elle remonte à la surface telle une méduse.
Seulement ce tableau ne se trouve pas à Florence, tout comme celui de Méduse ne se trouve pas dans cette salle, mais dans celle dédiée à Caravage. en effet, le tableau de la Chute d'Icare se trouve au Musée des Beaux Arts de Bruxelles. Le musée ici est filmé comme un labyrinthe, cf. Dédale. On aperçoit également le Bacchus du Caravage, qui se trouve normalement dans la même salle que Méduse. Il faut tromper le spectateur. Quand Asia se regarde dans le miroir : on la filme, puis on filme son reflet : double personnalité. Quand elle sort du musée, elle est encadrée à la manière d'un portrait.

extrait d'une nouvelle de Vladimir Nabokov, vénitienne et autres nouvelles.
Marcel Duchamp : "l'oeuvre d'art ne vit que par l'oeil du spectateur."
Daniel Arasse, Une Histoire de la Peinture

Roland Barthes, La Chambre Claire (notes sur la photographie)
quel est le rapport aux images? L'essence de la photo? Pourquoi s'attarde t-on sur une image et pas une autre?
"Qu'est ce qui agite une excitation intérieure, une fête, un travail et la pression de l'indiscible qui veut se dire? " série d'affects.

Les deux éléments d'une photo sont le studium et le Punctum.

Le studium relève de notre culture, (photo de mariage, photomaton, photo de vacances, photo de reportage...) on reconnaît le type de photo et le contexte. Il correspond alors à l'étape de la description.

Le Punctum est "le truc en plus", qui fait que l'on s'arrête devant une photo. "blessure, piqûre, marque faite par un instrument pointu". "Ces marques sont des points. un second élément vient déranger le studium, je l'appellerai punctum car en latin : piqûre, petit point, coup de dé (le hasard)". On ne doit pas réfléchir pour trouver le punctum, il vient de lui-même, il vient rompre la monotonie de l'image, il donne du rythme. pour Barthes,le punctum est subjectif.
Que déclenche le punctum dans l'image et en quoi la rend-il particulière?
exemple : la photo de mode est trop mise en scène, si nous la trouvons jolie, c'est bien le but. Alors que si l'on aperçoit un élément derrière qui retient notre attention, la photo atteindra une toute autre signification. Barthes pense également que si nous fermons les yeux après avoir regardé une image, le punctum est le premier détail qui nous revient à l'esprit.

Hans Holbein, Les Ambassadeurs
studium : vanité + portrait officiel des deux ambassadeurs. Historiens ne comprenaient pas ce qu'était "l'os de seiche" devant eux. crâne déformé, anamorphose.

Rilke, poète, secrétaire particulier de Rodin, une de ses expériences racontée par Arasse.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum